Extrait d’une communication avec un cheval espagnol né en 2007 et en France depuis 2014.
Les gardiens veulent entre autre avoir des indications sur son passé et comprendre pourquoi il prend la fuite au montoir.

Besito me montre des chevaux en grand nombre (poulains) parqués et triés, une bétaillère remplie, des ronds de longes métalliques ….

Je vois des débourrages massifs ou la selle est posée sur le cheval, le cheval coincé dans une sorte de couloir en métal étroit ou il est impossible de prendre la fuite ou de se cabrer.

Le cheval me montre et me fait ressentir un homme qui se pose sur son dos lourdement. Source de stress considérable, grande inquiétude, sensation de viol et d’irrespect, peur. Impossible de bouger.

Je vois une chaine, un caveçon, je suppose. Une contrainte violente au niveau du chanfrein.

La porte s’ouvre sur un espace restreint fermé avec des barrières métalliques et j’entends des cris.

Retenue, force, violence .

« Il n’y a pas de cas par cas et c’est pour tout le monde la même chose. Il y a des cris, de l’agitation. »

Il en marre qu’on le regarde et qu’on le considère comme un bel étalon, il dit que si il avait été moche on ne l’aurait pas brimé comme ça.

Il dit qu’il est d’un caractère doux à la base et même conciliant mais qu’on l’a « dressé » tout de suite dans la contrainte. On impose ici ! (en Espagne)

Ce qui le rend extrêmement susceptible et méfiant…

(Il me donne ensuite les directives pour le travailler).

Facebook
Facebook